29 mars 2007

Je fus et je-ne-veux-plus !

standardiste9bf  Cela faisait un moment que je n’arrivais pas à reprendre une plume, peu importe laquelle en fait…comme je le disais à Mr Inconditionnel j’étais dans une situation qui me laissait de glace…tout me laissait de marbre. Peut –être est-ce du à mes insomnies, parce que je ne dors pas beaucoup en ce moment, voire pas du tout certaines nuits. Et j’ai beau faire du sport, boire des tisanes et surtout ne pas me focaliser sur mes petits soucis quotidiens le sommeil n’est pas là. Avec ce que la vie m’offre en ce moment je reste de marbre, j’ai du mal à ressentir pleinement et à profiter pleinement…un blocage ? non. L’inconscient qui travaille ? sûrement …mais je ne vois pas pourquoi.

M’enfin…Ce qui me fait réagir aujourd’hui c’est en fait le stéréotype de la standardiste. Parce que je le fus et parce que je ne veux plus l’être. Ce que je me suis aperçue c’est que les trois quart des gens pensent qu’une standardiste ou une personne qui fait l’accueil ne fait que ça ou au mieux servir le café. Or et durant le temps où j’ai tenu ce poste, je ne me suis jamais tournée les pouces et Ô grand jamais limé mes ongles. Mon travail consistait en une polyvalence diffuse au sein du cabinet (d’avocats) avec non seulement la tenue du standard (le côté rébarbatif et mal reconnu), le rédactionnel ( je n’ai jamais été reconnue en tant qu’assistante juridique) et les chiffres ( on m’a dit que je ferai de la compta or je n’ai fait que des statistiques ).

A cet effet j’aimerais défendre le poste tant et tant opprimé de la petite standardiste…Parce que ce poste est un poste dure. Le côté relationnel du téléphone n’enlève pas les changements d’humeur des clients…et comme je disais si bien, dans ce cas : la standardiste fait tampon. Elle absorbe les coups d’éclat des clients, arrondit les angles, lèche les bottes et courbe le dos comme jamais. Elle se doit de sourire tout le temps au téléphone parce que tu as beau être au téléphone le sourire et la bonne humeur se ressentent comme si la personne t’avait en face. En ce qui concerne le café et je parle en mon nom, on m’a demandé une seule fois de faire du café et j’ai tellement été vexée que je leur ai fait un café imbuvable. Ce fut la première et la dernière fois qu’on me demanda ce service.

Donc pour résumer, c’est un poste que je ne tiens plus, que je ne veux plus tenir mais ô grand jamais je ne me permets d’être désagréable avec une standardiste ou une personne à l’accueil d’un service, parce qu’en général elle n’y est pour rien au problème engagé, elle ne fait qu’accueillir et renseigner, elle se doit d’être imperturbable et à jamais disponible, elle se doit de se justifier sur cinq minutes d’absence ( pipi ou clope ou café ) parce que si le téléphone sonne dans le vide, si le client ne sait pas patienter elle l’a dans l’os.

Un robot…voilà ce que je devais être. (dans les yeux de cet associé du cabinet là) avec le stricte minimum d’humanité et savoir tout encaisser de chaque côté du téléphone.

A cet effet, la semaine dernière un autre cabinet d’avocats m’a démarchée pour un poste en CDI, temps plein et pas loin de chez moi. Ma première question a été de savoir s’il s’agissait d’un poste de standardiste avec un parallèle juridique. Les choses ont été claires : c’est un poste de secrétaire juridique. (Un poste très intéressant, LE poste que je recherchais)

Je croise les doigts…C’est un épisode à suivre.

Et dans cette attente, Je vous prie d’agréer, Chers lecteurs, l’expression de mes salutations distinguées.

Posté par FlyMeToTheMoon à 11:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]


Commentaires sur Je fus et je-ne-veux-plus !

    on sent les lettres de motiv.. c'est vrai que ça doit pas mal inhiber les sentiments que de trop en écrire..
    j'ai déjà eu ce type de phase "no sensitivity".. c'est lourd parce que tu te sens vivre et tu ne sens rien d'autre. Que t'es un tube à manger (façon métaphyisque des tubes de A.Nothomb), un paresseux qui dort et.. quoi d'autre. Bref, rien ne fait palpiter alors qu'il n'y que les palpitations qui rendent tout ça valable.

    La plupart des standardistes sur lesquelles je suis tombé étaient très cool. Une voix à te faire palir la plupart du temps, telle que souvent tu as l'impression d'avoir une Nathalie Imbruglia ou autre Juliette Binoche à l'autre bout du fil quand t'es un mec.. bref.. je débusquais souvent une douceur hors du commun à travers cette voix de velours (côtelé).. et quand j'ai affaire à quelqu'un d'agréable, j'essaie tant bien que mal d'être au moins aussi bien. Les quelques déconvenues me font abréger les conversations.

    Merde pour le postE !

    Pour le sommeil, plutôt marrant, les grands esprits se recontrent..

    Posté par Xavier, 29 mars 2007 à 13:56 | | Répondre
  • En effet les clichés ont la vie dure, et j'aime bien en user, ca me fait rire. Forcement malgré tout je partage ton point de vue dans le fond. C'est un boulot que je ne pourrais jamais faire, en gros j'aime dire merde a ceux qui le méritent et serrer la main avec admiration à ceux qui le méritent. En gros je n'ai pas une marge de manoeuvre très grande et je tiendrais pas longtemps dans un poste avec du 'relationnel téléphonique' dans le genre. Pour ton nouveau poste plus intéressant, j'espère que tu seras satisfaite.

    Posté par Doff, 29 mars 2007 à 16:10 | | Répondre
  • les clichés ont la PEAU dure...

    Posté par Doff, 29 mars 2007 à 16:11 | | Répondre
Nouveau commentaire